Le partage d’expérience comme moteur d’innovation pour l’UTILE

Depuis 2019, l’Unité de travail pour l’implantation de logement étudiant (UTILE) est accompagnée par Vivre en Ville dans le cadre de l’initiative Construire avec le climat pour la réalisation d’un projet de logements abordables dédié à la population étudiante, à Trois-Rivières. L’équipe de l’UTILE a trouvé une source d’inspiration dans la communauté de Construire avec le climat pour continuer leur poursuite de l’excellence. Entrevue avec Eric Voizard, urbaniste et directeur de projet, mettant en lumière les défis que les membres de l’équipe ont rencontrés et les leçons apprises au fil de leur expérience.

« Nous arrivons au moment où il est possible de remplir la mission de l’UTILE à beaucoup plus grande échelle dans plusieurs villes étudiantes du Québec et c’est ça qui est intéressant. » – Eric Voizard

L’UTILE: pour le développement de logement étudiant abordable

L’UTILE est née en 2013 dans la foulée du projet de l’îlot Voyageur au centre-ville de Montréal. Le constat était clair pour le groupe d’étudiants à l’époque : il n’y avait tout simplement pas d’acteur qui développait du logement étudiant abordable au Québec.

Aujourd’hui, l’organisme à but non lucratif, qui développe et opère du logement étudiant au Québec en plus de promouvoir et d’étudier l’enjeu, avance à vive allure. Leur premier projet, la Note des bois, créée en partenariat avec le Concordia Student Union, a ouvert ses portes à l’été 2020.

Ancrée dans l’économie sociale, l’équipe de l’UTILE travaille maintenant à déployer son modèle de logements abordables étudiants partout au Québec, et éventuellement dans les autres provinces canadiennes. Étant novateurs dans leur approche et cherchant toujours à accroître l’impact positif de leurs projets sur les communautés, les membres de l’équipe de l’UTILE rencontrent naturellement quelques défis sur leur chemin. L’intégration d’un volet environnemental à leurs projets, particulièrement celui de Trois-Rivières, est un bon exemple. C’est pourquoi l’accompagnement de Vivre en ville s’est révélé plus que pertinent.

Premier défi: adapter le modèle aux différents contextes

Le contexte urbain étant différent entre Trois-Rivières et Montréal, les enjeux concernant la lutte et l’adaptation aux changements climatiques doivent être abordés localement avec certaines nuances.

On prend ainsi en compte le contexte local du projet (localisation, prix moyen des logements, densité, habitudes de transport, ratio de stationnement, etc.) lorsque vient le temps de faire le choix des caractéristiques du nouveau bâtiment et des mesures de lutte contre les changements climatiques à intégrer.

Eric Voizard nous donne un exemple très concret : « Dans un contexte urbain avec des valeurs de terrain et des loyers moyens élevés, comme par exemple dans les quartiers centraux de Montréal, nous cherchons généralement à maximiser la superficie constructible d’un terrain, ce qui implique fréquemment des constructions en structure de béton. À Trois-Rivières nous allons favoriser des modèles de construction moins denses et moins dispendieux comme la structure bois afin d’assurer un développement à l’échelle humaine qui demeure abordable comparativement aux loyers du secteur. »

Deuxième défi: l’efficacité énergétique versus la sobriété carbone

N’ayant pas froid aux yeux, l’équipe de l’UTILE désire réduire l’empreinte carbone de leur bâtiment de Trois-Rivières tout en cherchant à créer les logements les plus abordables possibles. Cette tâche n’est cependant pas de tout repos, car plusieurs programmes de financement qui s’offrent à eux se basent principalement sur l’efficacité énergétique. Qui dit efficacité énergétique ne veut pas nécessairement dire sobriété carbone quand on pense aux méthodes de construction et au choix des matériaux.

Pour arriver à faire les bons choix, ils se basent sur l’analyse du cycle de vie des matériaux, leur coût et leur disponibilité. Malheureusement, ce processus peut être laborieux comme l’explique Eric : « Souvent l’information est disponible, mais a été créée ailleurs qu’au Québec, donc les chiffres ne sont peut-être pas exactement représentatifs de notre réalité. L’analyse du cycle de vie est une pratique en émergence et il y a de plus en plus d’informations, mais pour le moment ça demeure incomplet. Il va falloir que cette information se démocratise et s’améliore. » Les données manquantes doivent ainsi être approximées par l’équipe d’analyse du cycle de vie à l’interne.

Une solution à portée de main: une communauté de pratique et le partage entre pairs

C’est dans ce contexte de remue-méninge pour acquérir le savoir-faire nécessaire à l’atteinte des objectifs environnementaux de l’organisme que l’équipe de l’UTILE s’est jointe au projet Construire avec le climat de Vivre en Ville.

C’est d’abord et avant tout la communauté de développeurs rassemblée par Vivre en Ville et les conférences offertes par l’organisme qui l’ont attirée dans le projet. Grâce aux dialogues avec leurs pairs sur l’application concrète de mesures de lutte et d’adaptation aux changements climatiques, l’équipe a trouvé des façons de bonifier leur projet de Trois-Rivières sur le plan environnemental.

Eric Voizard explique bien cette expérience : « De voir comment les pairs vivent les mêmes problèmes nous permet d’apprendre de leurs bons coups et de leurs moins bons coups. Nous avons beaucoup apprécié ces moments de partage et nous souhaitons continuer ces échanges. »

Le mot de la fin: rester curieux et prendre le temps de comprendre

C’est grâce à leur curiosité mutuelle et leur volonté pour bien comprendre les choses que les membres de l’équipe de l’UTILE ont pu innover et trouver de nouvelles manières d’allier abordabilité et durabilité. C’est ce qui les a animés à se lancer dans un projet de logements étudiants au sein du quartier Angus à Montréal. Leur défi? S’intégrer au projet de la boucle énergétique liant les différents immeubles de l’écoquartier. Une initiative qui demande nécessairement une bonne dose de curiosité et de compréhension!

Le directeur de projet souligne qu’il « est difficile de faire des projets en innovation sans être curieux et sans s’investir dans la compréhension des différents éléments techniques, car ultimement il va toujours y avoir de bonnes raisons de ne pas faire de nouvelles choses. Nous avons du plaisir à poser des questions et à fouiller pour mieux comprendre les initiatives que l’on essaye de développer. »

En plus de se démarquer par ces deux qualités, leur modèle fondé sur l’économie sociale enlève la pression associée à la recherche de profits et leur permet de se concentrer sur leur mission. Bref, des ingrédients qui font gagner tout le monde! Apprenez en plus sur la communauté de développeurs de Construire avec le climat en lisant notre blogue.