Comment diminuer l’empreinte carbone d’un bâtiment tout au long de son cycle de vie ?

Les matériaux utilisés pour la construction, la consommation énergétique ou encore le potentiel de revalorisation à long terme sont autant d’éléments à considérer pour réduire l’empreinte écologique d’un bâtiment. Souvent, les mesures prises joueront un rôle majeur sur la santé des occupants et le confort du bâtiment.

Avec l’augmentation prévue des vagues de chaleur et canicules en été et des phénomènes de gel et de dégel en hiver, la performance énergétique des bâtiments n’est plus optionnelle. Améliorer la performance énergétique d’un bâtiment ne suffit toutefois pas à limiter son empreinte écologique. L’ensemble du cycle de vie, au-delà de la consommation d’énergie pendant l’exploitation du bâtiment, est à considérer : l’extraction, la fabrication et le transport des matériaux de construction (carbone intrinsèque), les déplacements des habitants, les futurs usages du bâtiment et son éventuel recyclage sont autant de sources d’émissions de GES.

image
Source: Vivre en Ville

Développeurs immobiliers : pourquoi passer à l’action ?

  • Être prêt pour un futur code de construction du Québec qui pourrait bientôt intégrer un volet efficacité énergétique.
  • Diminuer la facture énergétique des occupants et gestionnaires et leur apporter un maximum de confort.
  • Être moins dépendant du réseau d’électricité pour une meilleure résilience aux changements climatiques : la température intérieure du bâtiment reste confortable plus longtemps et les énergies renouvelables locales sont toujours disponibles si couplées à un système de stockage.
  • Transformer ses pratiques pour diminuer l’impact environnemental des constructions.

Chiffres clés pour comprendre et communiquer

19% : c’est la part de la consommation énergétique

imputable aux bâtiments résidentiels au Québec en 2016.

Source

50% des ressources naturelles

extraites au Canada sont utilisées dans la construction.

Source

Construire un bâtiment résidentiel au Québec selon la norme Zéro Carbone permettrait de diminuer de 80% l’intensité énergétique et de 100% les émissions de GES à l’usage.

Source

54% de l’énergie totale

qui circule dans le réseau électrique est perdue.

Source

4,8% des GES émis au Québec

étaient liés uniquement au chauffage du secteur résidentiel en 2016, auxquels s’ajoutent les émissions de la construction, des transports, etc.

Source

Les bâtiments (construction, rénovation, démolition) génèrent 29% des matières résiduelles du Québec.

Source

Explorer les solutions
pour développer des bâtiments bas carbone

Bonnes pratiques

  • Conception bioclimatique : isolation, orientation du bâtiment et des ouvertures selon l’ensoleillement, etc.
  • Appareils électroménagers faiblement consommateurs d’énergie (ou encourager les futurs occupants à y recourir).
  • Récupération de la chaleur : aux sorties d’air, sur les eaux grises, etc.
  • Ventilation selon les besoins : si la ventilation naturelle n’est pas suffisante, privilégier des équipements de ventilation mécanique contrôlée avec sonde de CO2 et d’humidité ainsi qu’une option d’activation manuelle.

La Maison Productive à Montréal

Située à Montréal, La Maison Productive comprend à la fois un bâtiment rénové et l’ajout d’un bâtiment neuf. Le projet a été conçu selon le concept Zero Energy Development de Zed Factory.

img Source: Gwenaël Lemarchand

Bonnes pratiques

Consultez la stratégie Location et mobilité

Coopérative d’habitation Le Coteau vert à Montréal

À proximité direct d’une station de métro, ce sont seulement douze cases de stationnement pour 155 logements dont quatre pour des véhicules en autopartage qui ont été aménagées.

img Source: Vivre en Ville Consultez le cas >

Bonnes pratiques

Boucle énergétique de quartier, idéalement à usage mixte entre résidentiel, commercial et bureaux pour des consommations d’énergie lissées dans le temps.

Technopôle Angus à Montréal

Tous les bâtiments du quartier (à partir de la phase 1 de la cité Angus) sont reliés par une boucle énergétique. L’énergie (chauffage ou rafraîchissement) est stockée et partagée entre les activités commerciales et résidentielles qui n’ont pas les mêmes besoins aux mêmes moments. Par ailleurs, cette boucle énergétique réduira de 26% les émissions de GES associées au chauffage et à la climatisation (selon un modèle canadien de calcul), en plus des économies prévues grâce au travail de conception énergétique performante pour chaque bâtiment.

img Source: Énergère Consultez le cas >

Bonnes pratiques

Même si l’hydroélectricité est parmi les énergies qui émettent le moins de CO2, elle a un réel impact environnemental et doit pouvoir être partagée entre tous les usagers sans augmentation de la demande de pointe. Par ailleurs, le réseau demeure vulnérable aux aléas climatiques : verglas et tempêtes pour les réseaux aériens, augmentation des précipitations pour les barrages électriques.

  • Produire de l’électricité et de la chaleur localement (panneaux solaires, géothermie etc.) et la stocker pour une plus grande résilience.
  • À minima, prévoir les éléments structuraux et les passages de conduites pour l’installation de panneaux solaires dans une phase ultérieure : notion de « solar ready » ou « prêt pour le solaire ».

 

Zibi à Gatineau

Dans le futur quartier Zibi à Gatineau et Ottawa, la chaleur dégagée par le processus de production de l’usine de papiers et cartons voisine sera récupérée et réinjectée dans la boucle énergétique de quartier.

img Source: Plan directeur du projet - Windmill Development Group

Bonnes pratiques

  • Réduction des quantités de matériaux nécessaires (valorisation de bâtiments existants, choix de conception etc.).
  • Choix de matériaux à faible impact carbone sur l’ensemble de leur cycle de vie, d’autant plus important pour les matériaux de structure : locaux, biosourcés comme le bois, peu énergivores lors de la pose et réutilisables ou recyclables, etc.

Les Habitations Sainte-Germaine-Cousin à Montréal

Un béton à base de ciment Contempra a été utilisé pour ce projet. À un coût équivalent et doté des mêmes qualités, notamment au niveau de la résistance et de la durabilité, la fabrication de ce ciment est moins énergivore et permet de réduire d’au moins 10 % les émissions de CO2 par rapport à un ciment Portland régulier. Pour réduire l’empreinte écologique du projet, les matériaux de provenance locale et les plus naturels possibles (lin, jute, etc.) ont aussi été privilégiés.

img Source: Rayside Labossière Consultez le cas >

Rester informé

thumbnail

Déconstruction : vers une économie circulaire des matériaux

Les débris provenant du secteur de la construction, de la rénovation et de la démolition représentent plus du tiers du volume total des déchets au Québec ! En permet­tant une gestion optimale des résidus et matériaux de construction, la déconstruction […]

LIRE LA SUITE >
thumbnail

Le programme Action-Climat Québec financera des projets de lutte contre les changements climatiques

L’appel à projets du ministère de l’Environnement et de la Lutte aux changements climatiques vise à encourager l’implication des organisations et citoyens par le renforcement des capacités pour la lutte contre les changements climatiques. Il est doté d’une enveloppe financière […]

LIRE LA SUITE >
thumbnail

Nouvelle opportunité de financement pour des logements abordables durables

Le fonds municipal vert (FMV) soutien désormais des projets de logements abordables en rénovation ou nouvelle construction.  Toutes les étapes des projets sont considérées et admissibles, y compris les frais pour la rédaction de la demande de financement : Planification […]

LIRE LA SUITE >
Voir tous les articles >

S’outiller pour bâtir bas carbone

  • La calculatrice carbone Gestimat, développée par Cecobois, permet d’estimer les émissions de GES liées à la fabrication des matériaux de structure et de comparer différents scénarios de bâtiment dans un contexte québécois.

  • En anglais – Le logiciel gratuit de l’Athena Sustainable Materials Institute permet de calculer et de comparer les analyses de cycle de vie des matériaux de construction pour un projet.

  • En anglais – Le guide préparé par Architecture 2030 propose des idées pour diminuer les impacts carbone des principaux matériaux de construction.

  • Un outil de calcul de GES a est mis à disposition par le Conseil du bâtiment durable du Canada dans le cadre de sa norme Carbone Zéro.