Comment contribuer au bien-être des occupants, quelles que soient les conditions climatiques ?

Aménager des bâtiments résidentiels résilients (ou adaptables) aux changements climatiques est essentiel pour assurer leur durabilité et leur qualité, mais aussi et surtout pour diminuer la vulnérabilité des occupants en leur permettant de mieux faire face aux aléas climatiques.

Vulnérabilité et résilience, de quoi parle-t-on ?

Au Québec, les bâtiments sont déjà soumis à une grande variabilité climatique. Mais les aléas climatiques futurs, plus fréquents et plus intenses, constituent des défis supplémentaires pour leur conception, leur réalisation et leur entretien : usure prématurée, défaillances de l’enveloppe, coupures de courant, etc.

Outre les bris ou les dégradations du bâtiment en lui-même, les impacts sur la santé des occupants, comme les difficultés à surmonter la chaleur ou encore le stress, sont souvent oubliés. Ces effets seront d’autant plus marqués pour les personnes qui sont dans une situation de vulnérabilité. Une personne est dite vulnérable aux changements climatiques lorsqu’elle est exposée aux aléas (fortes précipitations, vagues de chaleur, etc.), qu’elle y est sensible et qu’elle n’a pas la capacité d’y faire face (par exemple des aînés isolés ou des ménages à faibles revenus résidant dans un îlot de chaleur).

Les clés d’un projet résilient résident donc à la fois dans la mise en place de mesures sociales pour les occupants et de mesures techniques pour le bâtiment. Pour ce faire, il est possible de diminuer l’exposition aux aléas (choix du lieu d’implantation du projet par exemple) et de contribuer aux capacités à faire face du bâtiment et des occupants (équipements électriques à l’étage, clapets anti-retours pour les égouts, aménagement d’espaces communs de socialisation).

image
Source: Vivre en Ville

Développeurs immobiliers : pourquoi passer à l’action ?

  • Réduire les frais de réparation et d’entretien et assurer une valeur durable au bien (en vue d’une revente par exemple) en concevant un bâtiment résistant aux aléas climatiques futurs.
  • Anticiper le futur code de la construction canadien qui évolue vers des exigences de résilience.
  • Anticiper les attentes des financeurs et des assureurs sur le sujet (exigences de performance réelles, etc.).
  • Limiter les changements de locataires grâce à des logements confortables en toutes saisons.

Chiffres clés pour comprendre et communiquer

45 % de la population ressent des symptômes

importants de santé physique ou mentale en période de canicule au Québec.

Source

72 % des besoins en énergie des bâtiments au Québec

sont satisfaits par le réseau électrique qui est fortement sensible aux aléas climatiques : c’est l’une des principales sources de vulnérabilité des bâtiments et de leurs occupants.

Source

43 000 $ :

c’est le coût moyen d’une inondation de sous-sol.

Source

1 personne sur 4 aura plus de 65 ans en 2031,

et sera ainsi associée aux groupes de populations vulnérables aux changements climatiques.

Source

Explorer les solutions
pour favoriser la résilience

Bonnes pratiques

  • Ne pas construire en zone potentiellement inondable : étudier le contexte au-delà de la réglementation. Les zones côtières sont à éviter du fait des phénomènes d’érosion. Considérer les ouvrages et les aménagements de protection comme vulnérables.
  • Prendre des mesures adéquates si le site est localisé dans un îlot de chaleur urbain. [Îlots de fraîcheur]
  • Prendre des mesures pour limiter l’impact des fortes précipitations. [Gestion des eaux pluviales]
  • Recourir à une ventilation avec filtre pour conserver un air intérieur sain en cas de pollution ou lors des pics saisonniers de pollens dans l’air. Les changements climatiques influencent la durée de la saison pollinique et la concentration de pollens dans l’air.

Les Allées de Bellevue à Québec

Le pavé alvéolé est utilisé pour limiter l’impact des fortes précipitations tout en maintenant des surfaces carrossables utilisées de façon ponctuelle. Cela permet aux véhicules (d’urgence, camion de déménagement, etc.) d’accéder plus facilement aux logements sans nuire à la percolation de l’eau ni au paysage de la cour.

img Source: Vivre en Ville

Bonnes pratiques

  • Dimensionner des toitures capables de supporter des charges importantes du fait des précipitations accrues et des phénomènes de redoux en hiver.
  • Choisir des matériaux extérieurs et de façade résistants aux vents et aux phénomènes de gels et dégels en hiver mais aussi à la chaleur ou encore aux fortes précipitations en été. Éviter par exemple la création de barrières de glace en bordure de toitures avec des conséquences sur les infiltrations d’eau, les gouttières et les risques pour les piétons qui circulent près des bâtiments.
  • Aménager des espaces verts et de rétention des eaux pluviales qui ont aussi le mérite d’apporter de la fraîcheur en été. [Gestion des eaux pluviales]
  • Compléter les toitures végétales avec un équipement de rétention des eaux pluviales.
  • Utiliser des végétaux indigènes résistants à la sécheresse et aux fortes pluies (les précipitations estivales devraient augmenter en quantité de pluie mais diminuer en fréquence créant des ruissellements et, paradoxalement, un phénomène de sécheresse des sols).
  • Conserver un fonctionnement acceptable du bâtiment en cas de coupure d’électricité : production locale d’énergie renouvelable et stockage, conception bioclimatique d’un bâtiment, design passif.
  • Planter des haies pour protéger des bourrasques de vent.
  • Éviter de placer les équipements mécaniques, de ventilation et électriques au sous-sol ou rez-de-chaussée.

Micro-réseau à Lac Mégantic

30 bâtiments du centre-ville, dont des bâtiments résidentiels, seront reliés à un réseau local électrique fonctionnant de façon autonome en cas de panne sur le réseau général. L’énergie électrique sera produite grâce à des panneaux solaires en toiture et stockée dans des batteries. Les locataires auront la possibilité de gérer à distance leur système de chauffage pour limiter les consommations et seront accompagnés et sensibilisés dans l’utilisation de leurs équipements.

img Source: Photo Hydro-Québec

Bonnes pratiques

Pour beaucoup de personnes vulnérables, le lien social de qualité favorisant l’entraide est essentiel pour faire face aux changements climatiques comme les aînés dans le cadre des vagues de chaleur par exemple :

  • Toitures aménagées;
  • Espaces verts conviviaux permettant, par exemple, de faire de l’agriculture urbaine;
  • Salle multifonctionnelle commune;
  • Corridors d’entrées mutualisés ;
  • Au besoin, créer une salle commune climatisée qui permet d’offrir un espace de rafraîchissement et de socialisation lors des grandes chaleur.

Cohabitat à Québec

Dans ce projet de 42 logements, les habitants ont aménagé un vaste espace commun comprenant une grande cuisine, un salon/salle à manger, des chambres d’invités et une salle de jeux pour les enfants. La maison commune de 785 m2 est tout aussi fonctionnelle et accueillante pour les aînés que pour les plus jeunes.

img Source: Carl Perreault

Bonnes pratiques

  • Informer le gestionnaire ou les futurs occupants de l’utilisation des équipements (rythme d’entretien, gestion et réglages dans les logements, etc.) à travers un guide et une formation (crédits dans le cadre de la certification LEED).
  • Utiliser des équipements permettant aux occupants de suivre leur consommation énergétique.
  • Prévoir des cheminements piétons faciles à déneiger, avec une pente pour l’écoulement de l’eau etc.

Les Habitations Trentino - La Cité verte

Le gestionnaire du bâtiment a rencontré les occupants environ un an après la livraison du bâtiment pour connaître leur confort et comprendre leur utilisation des équipements du bâtiment. Des ajustements ont été apportés à la suite de ces entrevues et un document d’accueil est systématiquement remis aux nouveaux locataires pour les aider à prendre en main les aspects plus techniques du logement.

img Source: Vivre en Ville Consultez le cas >

Rester informé

thumbnail

Valoriser les bâtiments existants

Écobâtiment a lancé en novembre 2019 l’ouvrage Valoriser les bâtiments existants : un levier pour le développement durable, un recueil de réflexions co-signé par l’architecte André Bourassa doublé d’un guide pratique destiné aux passionnés de la rénovation et de la gestion […]

LIRE LA SUITE >
thumbnail

Le nouveau code du bâtiment canadien s’adapte aux changements climatiques

Les codes du bâtiment du Canada sont modernisés tous les cinq ans. Leur prochaine mise à jour est prévue pour 2020. Le Conseil national de recherches du Canada (CNRC) profite de l’occasion pour préparer l’environnement bâti aux phénomènes météorologiques extrêmes […]

LIRE LA SUITE >
thumbnail

Boston et Toronto : des “checklists” pour aider les promoteurs à évaluer la résilience de leurs projets

Dans ces deux villes, des règlements encadrent la résilience des projets immobiliers publics et privés. Passage obligatoire pour obtenir un permis de construction, les promoteurs doivent désormais remplir une liste de pointage résumant les stratégies de résilience envisagées. Au-delà de […]

LIRE LA SUITE >
Voir tous les articles >

S’outiller pour la résilience

  • La publication du Centre Intact d’adaptation au climat recense les possibles mesures de protection des inondations pour les habitations.

  • L’atlas web des populations vulnérables de l’université Laval cartographie les deux types de vulnérabilités : aux vagues de chaleur et aux aléas hydrométéorologiques. Attention : ce n’est pas parce que votre projet immobilier n’est pas dans une zone où la concentration de populations vulnérables est faible qu’il ne faut pas en tenir compte! Ce sont peut-être de futurs occupants des logements et la vulnérabilité peut concerner un grand nombre de personnes différentes.

  • Le guide et la trousse d’activités, préparés par Écohabitation, permettent à un gestionnaire d’immeuble multi-logements d’organiser un concours à l’intention des résidents afin de réduire la consommation d’eau potable : Je consomme moins d’eau.